Le Port autonome de Dakar (PAD) et la Délégation générale à l’Entrepreneuriat Rapide des Femmes et des Jeunes (DER/FJ) des femmes et des jeunes ont signé ce 10 septembre une convention de partenariat.

Les Directeurs généraux du Port autonome de Dakar, Aboubacar Sédikh Bèye et de la Délégation générale à l’Entrepreneuriat Rapide des Femmes et des Jeunes, Papa Amadou Sarr, comptent, à travers cette signature de convention de partenariat, «renforcer l’inclusion financière et socio-économique des femmes et des jeunes par le biais de l’entrepreneuriat à partir d’une offre souple et flexible, intégrant le financement, la  formation en gestion de projets et le renforcement de capacités de cette cible».

Dans cette perspective, le PAD et la DER/FJ s’engagent, chacun en ce qui le concerne, à mettre à disposition des facilités d’appui technique et financier pour le succès attendu de ce  programme de partenariat…

Financement d’unités de conservation

Selon les deux directeurs signataires, cette signature de convention constitue «une étape cruciale dans la formalisation d’une relation de partenariat déjà entamée et marquée par la mise en place de trois programmes de financement structurants ». Il s’agit, en outre, du projet de financement d’unités de conservation de produits halieutiques avec 38 congélateurs pour un montant de 11 780 000 FCFA destiné à 38 bénéficiaires dont 20 femmes, du financement d’une fabrique de glace d’un volume de 20 tonnes par jour, d’une mise à disposition de fonds de roulement destinés aux micro-mareyeuses du mole 10 pour laquelle l’option de financement par le guichet nano-crédit (à l’image du dispositif mis en place au marché central aux poissons de Pikine) est à l’étude.
 
La structuration des filières porteuses autour des infrastructures émanant du domaine portuaire et des activités génératrices de revenus des acteurs du port de pêche fait partie des axes les axes de collaboration retenus par le PAD et la DER/FJ. Selon les signataires, cela passera par la mise en place de programmes de financement dédiés et la collaboration sur les questions d’acheminement des productions des entrepreneurs qui permettra non seulement de favoriser l’approvisionnement en produits locaux à travers le pays, mais aussi de promouvoir le « Made in Senegal » dans la sous-région et sur les marchés internationaux. 

Points phares

Il est aussi prévu la mise en place d’espaces de stockage et le développement d’une plateforme e-logistique et d’open innovation ; elle verra la contribution du portefeuille d’entrepreneurs financés dans le secteur du Numérique, permettant de recourir de l’innovation et de l’expertise locales au service de la conduite des politiques publiques. 
aussi, ajoutent-ils, il y aura le co-investissement pour la réhabilitation des marchés Diola et Elisabeth et l’appui au renouvellement des navires de pêche semi-industrielle seront également au cœur des objectifs. Ils viendront témoigner d’un effort de mutualisation des ressources publiques pour la mise à niveau des infrastructures existantes indispensable pour une meilleure performance des acteurs des différents maillons de la chaîne de valeur.